Elenco integrale:

A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
R
S
T
U
V
W
Z

 

Schuler Denis

(03. 09. 1970)

Schuler Denis
Schuler Denis
Rue des Grottes 28
CH-1201 Genève
Suisse

Mobile: + 41 (0)76 330 78 85
Internet: www.schulerdenis.name

Biografia
Né à Genève, Denis Schuler étudie la composition avec Nicolas Bolens, Eric Gaudibert et Michael Jarrell. En 2005, lauréat de la bourse de la Fondation Patiño, il séjourne à la Cité des Arts de Paris et étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique dans la Classe d'Emanuel Nunes. En 2006, il est diplômé avec mention, suite à la création de Paradeigma, concerto pour trois percussions et orchestre. En 2008, il est le premier Suisse à obtenir le 1er prix du Concours International de Musiques Sacrées de Fribourg.
Ses compositions ont été commandées et créées par l'Orchestre de Chambre de Genève, les ensembles Vortex, Nederland Kamerkoor, Tetraflûtes, Le Concert Impromptu, le Quatuor Bela et Ilôrkestra. Il a été soutenu par l'Association Suisse des Musiciens, la Fondation Henneberger-Mercier, la Fondation Nicati-de Luze, la Fondation Patiño, la Fondation Suisa pour la musique, le Fonds Culturel de l'Office Fédéral de la Culture, la Loterie Romande ainsi que par la Ville de Genève.
En parallèle, il se consacre aux musiques actuelles en tant que batteur et percussionniste. Il participe à de nombreuses formations dont le groupe Fantazio (Paris) et The Dead Brothers (jusqu'en 2003), ainsi qu'aux musiques improvisées.
Il a créé plusieurs musiques de spectacle pour le Schauspielhaus à Zurich, le Tojo à Berne, le Théâtre de Carouge, le Théâtre du Grütli à Genève et compose pour des documentaires télévisés.
Il est aussi programmateur musical pour diverses structures comme la Fondation suisse – Pavillon Le Corbusier à Paris et le Festival Eternal Tour.
Pour l'année académique 2010-2011 il est sélectionné comme membre résident à l'Institut Suisse de Rome.


Elenco delle opere
Chant du retour (2001)
pour quatre voix, clarinette et marimba
Testo: Sophocle
Durata: 8' 00"
Manuscritto
Composition sans titre (2001)
pour douze instruments indéterminés
Durata: 9' 00"
Manuscritto
Quelque chose (2002)
Pièce acousmatique
Durata: 2' 30"
Manuscritto
Quatre chants des dieux (2002)
pour quatre voix, accordéon, trompette et batterie
Durata: 5' 00"
Manuscritto
Cinq petites pièces (2003)
pour ensemble (sax (2), trp, tb, tuba, hp, pno, perc (batt + mba), cb)
Durata: 8' 00"
Manuscritto
Mouvements (2004)
pour quintet à vents
Durata: 7' 30"
Manuscritto
Suspension (2004)
pour alto solo
Durata: 6' 00"
Manuscritto
Etude pour quatuor à cordes (2004)
Durata: 8' 00"
Manuscritto
Composition I: diffraction (2005)
pour orchestre (2,2,2,2 – 2,2,2,0 – perc(3) – 4,4,3,2,1)
Durata: 6' 00"
Manuscritto
Ecarts (2005)
pour hautbois baryton et clarinette basse
Durata: 10' 00"
Manuscritto
Jouer la mort (2006)
pour hautbois, guitare et contrebasse
Cette composition est librement inspirée par Le Septième Sceau, d'Ingmar Bergman (1957) dans lequel un chevalier, de retour de croisade, affronte la mort à travers une partie d'échec.
Le film, les traces qu'il a laissées, les questions et les réflexions qu'il a suscitées, ont servi de terrain sur lequel s'est construit ce travail.
Les sept parties qui forment la pièce s'entendent comme des états distincts, qui sont autant d'éclairages sur une situation, et ne cherchent pas à produire un effet réellement évolutif. Leur enchaînement est une errance, une quête dont le but demeure inaccessible, et dont la finalité est inéluctable.
Comme une impossibilité, la mort est ici symbolisée par la note si bécarre. Dans les sept tableaux, on ne la rencontrera donc pas. On l'approchera, sans jamais l'atteindre ; on l'oubliera, mais elle reviendra, si bien qu'à la fin, dans un long ralentissement d'un glissando suraigu, la guitare la jouera enfin. La contrebasse, dans son extrême inverse, n'en finira plus de descendre. Et de dépasser le seuil, inférieur, de la note pour ne devenir plus que vibration avant l'arrêt définitif.
Durata: 14' 00"
Manuscritto
Paradeigma (2006)
pour percussions (3) solo et orchestre (2,2,2,2 – 2,2,2,0 – 9,0,3,3,2)
Durata: 16' 00"
Manuscritto
Round (2006)
pour sept caisses claires
Durata: 20' 00"
Manuscritto
Le récit du monde (2007)
pour voix, clarinette basse, flûte, guitare électrique, percussion et récitant
Testo: Michel Thion
Durata: 50' 00"
Manuscritto
Oscura luce (2007)
pour chœur a cappella
Testo: Dante Alighieri
"Oscura luce" exprime une idée de passage, un mouvement qui nous conduit du vestibule de l'enfer à la lumière " éternellement une ", béatitude paradisiaque. Le texte utilisé consiste en trois brefs extraits d'un chant, choisis dans chacune des trois parties de la Divine Comédie de Dante (Enfer, Purgatoire, Paradis).
Le procédé compositionnel est initié avec l'alternance d'une cellule simple – un trémolo au 1/4 de ton – et de sa " résolution " – une note tenue. Toute la pièce découle de l'alternance et du mélange de ces deux états, l'un d'excitation et l'autre statique. La contrainte d'une écriture à quatre voix non divisées a favorisé une réflexion sur les rapports harmoniques et mélodiques possibles, sources du discours musical de la pièce. Ainsi, relativement à la dualité mouvement/arrêt, on observe une relative simplicité du développement qui conduit d'un unisson (ré bémol) à un autre (fa bécarre) puis un troisième (la bécarre). D'un point à un autre la conduite mélodico-harmonique opère une suite de trajets, de chemins, où la parole va se dissoudre dans la répétition des phonèmes pour se reconstruire et devenir solennelle.
INFERNO
Canto III, 1-9
"Per me si va ne la città dolente,
per me si va ne l'etterno dolore,
pere me si va tra la perduta gente.
Giustizia mosse il mio alto fattore ;
Fecemi la divina podestate,
La somma sapïenza e 'l primo amore.
Dinanzi a me non fuor cose create
Se non etterne, e io etterno duro.
Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate."
Durata: 12' 30"
Manuscritto
Faustregel (2007)
pour chant, voix (2), clarinette basse, trompette, violon, violoncelle, percussion et piano
Testo: Helga M. Novak
Durata: 6' 00"
Schöffling & Co.
Kaiserstraße 79
D-60329 Frankfurt am Main
BRD
Tel. +49 69 92 07 87 0
Fax +49 69 92 07 87 20
info@schoeffling.de
www.schoeffling.de/content/kontakt/index.html
L'Immobilité (2007)
pour quatuor de flûtes
Durata: 12' 00"
Manuscritto
Teh (2008)
pour voix, hautbois, violon, contrebasse, guitare et percussion
Teh, comme onomatopée, comme un tag ou comme phonème initial pour Théorie de la jeune fille (Premiers matériaux pour une théorie de la jeune fille, Tiqqun, Edition Mille et une nuits, 2001). Un lambeau de parole, dans la voix, le chant, la respiration, le souffle, qui apparaît et disparaît. Un h aspiré, dissimulé. Un glissement. Une image de notre capacité de contestation de l'ordre établi. L'appropriation et la réapropriation d'espaces de liberté. Une écoute du silence. Une proposition, une objection ou une réponse " [...] et finalement la débâcle devant l'impossibilité de revenir en deçà du temps ".

La musique de Teh se déploie de manière discontinue et explore les limites du son avec des tutti pianissimo, des silences et des explosions. Dans ce contexte apparemment décousu, la matière musicale crée pourtant une unité stylistique et formelle dans laquelle la voix ne se place pas en tant que soliste mais en tant qu'instrumentiste. Les sonorités utilisées brouillent la capacité de compréhension du texte et incitent à chercher un chemin personnel dans l'écoute.
Durata: 10' 00"
Manuscritto
Haiku11 (2009)
pour quatuor à cordes et un improvisateur
Haiku11 propose un travail qui inclut un improvisateur à un quatuor à cordes. Sur les parties écrites des cordes évolue un discours musical libre, basé sur une série de courts poèmes japonais du poète Ryokân (1758-1831).
Où donc m'assoupir
dans cet état d'ivresse
la fleur de lotus
Durata: 12' 00"
Manuscritto
In-between (2010)
pour orchestre (2,2,2,2 – 2,2,1,0 – perc (2) – hp – quatuor à corde – 6,6,4,3,2)
"In-between" est une situation, un lieu potentiel, indéterminé. Cet "entre-deux" se définit comme un espace plus ou moins stable, un écart physique ou mental, géographique ou temporel. Il est une étendue sans ancrage, un théâtre de la tension, une possibilité de relâchement.
La musique apparaît dans des respirations. Des sons se dégagent, éclosent et disparaissent. Un mouvement de balancier se met en place, oscillant entre deux notes et entre les groupes instrumentaux. Serré au milieu de la scène, le quatuor à cordes échange des séquences avec l'orchestre et produit des effets de loupe, d'élargissements ou de rétrécissements du son. À l'intérieur du souffle qui s'accélère, des éléments nouveaux se dessinent, s'assemblent puis s'entrechoquent, créent des cascades et s'arrêtent sur des résonnances.
L'auditeur est invité à habiter ce in-between et à le faire vivre au travers d'une écoute curieuse. L'oreille, en recevant des images sonores et en assemblant les silences avec les vibrations des notes, s'y fraie un chemin musical inattendu.
Durata: 10' 00"
Manuscritto
Sept secondes arrêtées (2010)
pour percussion solo
Durata: 11' 00"
Manuscritto
Sotto Ceneri No. 1 (2010)
pour hautbois solo
Durata: 6' 00"
Manuscritto
Lune bleu (2013)
für Viola solo
Durata: 10' 00"
Manuscritto
Ek Balam (2013)
für Ensemble und traditionelle koreanische Instrumente
Durata: 8' 00"
Manuscritto
Diskographie